OUEDRAOGO Frédéric

OUEDRAOGO Frédéric

OUEDRAOGO Frédéric

DOCTORANT

INRA Centre de Bordeaux Aquitaine
71 avenue E. Bourlaux
CS 20032 33882 Villenave d'Ornon cedex
05 57 12 24 84

Frederic.Ouedraogo@inrae.fr

Parcours

2013 : Baccalauréat scientifique – Ouagadougou (Burkina Faso)

2016 : Licence Ecologie et Environnement – Sétif (Algérie)

2018 : Master Management de l’environnement – Marseille (France).

Depuis Octobre 2018 : Doctorat sur « Evolution temporelle de la disponibilité du cuivre dans les sols sous agriculture biologique ».

Recherches et/ou compétences

J’ai effectué quelques stages de recherche durant mon master :

  1. Etude du développement racinaire par l’utilisation de la tomographie X,
  2. Etude de l’impact des cultures sur la biodisponibilité du silicium (CEREGE – Aix-en-Provence).

Durant mon parcours, j’ai eu des cours pointus sur les cycles biogéochimiques, la gestion des déchets et des sols pollués. J’ai aussi été formé à diverses techniques de laboratoire pour la caractérisation des particules de sols : granulométrie laser, diffraction aux rayons X, spectrométrie. J’ai également travaillé avec des logiciels comme R et QGIS.

Projets en cours 

Résumé de mon projet de thèse : Le cuivre est utilisé comme fongicide depuis plus de 100 ans en viticulture, arboriculture et maraîchage. C'est actuellement le seul fongicide autorisé en agriculture biologique. Le cuivre s'accumulant dans l'horizon de surface des sols (Brun et al., 1998), les niveaux de contamination retrouvés aujourd'hui peuvent être élevés. Des phytotoxicités ont été observées dans des sols en conversion vers de la grande culture, notamment dans le Languedoc-Roussillon (Michaud et al., 2007, Bravin, 2008) et des problèmes de dépérissement du vignoble pourraient être liés en partie à cette contamination. L'écotoxicité du cuivre dépend de sa disponibilité, à savoir sa concentration dans la solution du sol sous une forme ionique libre assimilable par les organismes. Le cuivre a une très forte affinité pour la matière organique. Ainsi la quantité de matière organique soluble et ses propriétés de complexation vont contrôler la concentration en ion libre en solution et donc la disponibilité du cuivre dans les sols. Il a été montré que la réactivité de la matière organique vis-à-vis du cuivre variait selon les sols (Djaé et al., 2017) rendant difficile l'utilisation de modèles géochimiques avec une paramétrisation par défaut. Cependant, le lien entre la réactivité de la matière organique soluble, sa caractérisation de cette matière organique et les propriétés physicochimiques du sol est encore mal connu. La concentration en métal libre et la concentration et la réactivité de la matière organique soluble évoluent au cours du temps, et en fonction de la température du sol (Cornu et al., 2016). L'apport de matières organiques fraîches, qui se minéralisent rapidement en induisant un « priming effect », va conduire à des effets sur la composition chimique de la solution du sol. Dans le cas d'un sol agricole, la disponibilité du cuivre risque ainsi de varier au cours du temps en fonction des conditions climatiques, des apports en matières organiques fraîches (engrais verts, paille, effluents) et du niveau de contamination initial du sol. Ma présente thèse cherche à comprendre si la dynamique de la matière organique dans les sols, en lien avec les évolutions des conditions climatiques, conditionne la disponibilité et l'écotoxicité du cuivre. Ceci nous permettra d'identifier les conditions pédoclimatiques limitant ou exacerbant la disponibilité, afin de limiter le transfert sol-plante pour limiter la toxicité, ou l'exacerber pour favoriser la phytoextraction. Ma thèse étudiera donc, en conditions contrôlées ou de plein champ, les liens entre la matière organique soluble et la spéciation du cuivre et les conséquences sur le prélèvement pour un végétal, en faisant varier : (1) le sol, de par son niveau de contamination en cuivre et ses propriétés physicochimiques, (2) la température, dont l'élévation va accélérer la minéralisation de la matière organique solide, et (3) l'apport de matières organiques fraîches, qui stimule l'activité microbienne, la minéralisation et le priming effect. Cette étude se focalisera sur des sols viticoles ou de maraichages, conduits en agriculture biologique, dans lesquels le contaminant majoritaire est le cuivre.

Encadré par :

  • Laurence DENAIX (UMR ISPA 1391)
  • Edith PARLANTI (UMR CNRS 5805 EPOC)

Enseignements 

Probablement encadrement TP & TD pour les master de Bordeaux Sciences Agro.

Date de modification : 14 août 2023 | Date de création : 09 novembre 2018 | Rédaction : ST